Vous êtes ici : Saulgé autrefois > Histoires et légendes

Saulgé autrefois

Histoires et légendes

Croix du cimetière

Autrefois, chaque cimetière était pourvu d’une croix monumentale protégeant l’ensemble des défunts, les tombes individuelles ne devant alors pas toutes en posséder une. Le cimetière de Saulgé en comporte deux. Celle-ci, très haute et fine, accueille le fidèle dès son entrée près des sépultures. Un calice sculpté orne un côté du pied, et au revers un écusson à losanges en relief est tracé. Le fût mince a sans doute été cassé, car il est tenu par deux agrafes de métal.

Croix hosannière

Moyen Âge.

Semblant plus ancienne que l’autre croix du cimetière, celle-ci pourrait être une croix hosannière. Le socle rond est constitué de pierres de taille et porte une table d’autel – ou reposoir – qui a certainement permis des cérémonies religieuses à l’intention des défunts. Le fût est curieusement composé de tambours de pierre superposés. L’usure des joints témoigne de l’ancienneté de l’édicule. La croix sommitale semble quant à elle avoir été posée à l’envers.

Tombe de soldat

Seconde moitié du XIXème siècle.

Cette tombe constitue un témoin de la guerre du Mexique (1863-1867), guerre de conquête entreprise par l’Empire français afin de créer un « empire catholique et latin » en Amérique du Sud. Un jeune homme de Saulgé perdit la vie au cours de ce conflit , et son corps a été perdu. Aussi, pour honorer sa mémoire, un cénotaphe a-t-il été construit sur lequel figure l’inscription : « Armand Jean Bernier de Maligny, caporal au régiment étranger, 3ème Bon 2ème compagnie, né le 17 juin 1838 à Paris, tué le 1er mars 1866 au combat de Santa Isabella près Parras Mexique. Son corps chaud fut mangé par les vautours. Sous cette pierre, rien ».